etudedumilieu.be

Archives didactiques d’étude du milieu

Conservatoire de l’outil d’enseignement

OUTILS D’ÉCOLE PRIMAIRE

Abécédaire

Vers 1930

Bâtonnets de calcul

1980

mètre carré, mètre cube

Vers 1920

Ardoise

et crayons d’ardoise

Vers 1950

Mesures de capacité

Vers 1930

Grand boulier

compteur

Vers 1920

Plume, porte-plume, plumier

Vers 1940

Mesures de masse

Vers 1900

Presse

Freinet

Vers 1935

Liturgie

Eucharis-

tique

1924

Boîte d’échantillons

1884

Solides

Vers 1930

Outil_d_ecole_primaire_01.pdf Outil_d_ecole_primaire_02.pdf Outil_d_ecole_primaire_03.pdf Outil_d_ecole_primaire_04.pdf Outil_d_ecole_primaire_05.pdf Outil_d_ecole_primaire_06.pdf Outil_d_ecole_primaire_07.pdf Outil_d_ecole_primaire_08.pdf Outil_d_ecole_primaire_09.pdf Outil_d_ecole_primaire_10.pdf Outil_d_ecole_primaire_11.pdf Outil_d_ecole_primaire_12.pdf

En savoir (un peu) plus…



Jusqu’au début du XIXe siècle, la mission principale de l’école primaire est d’apprendre à lire aux enfants. L’apprentissage de l’écriture et du calcul est complémentaire. Les élèves se familiarisent d’abord avec les lettres de l’alphabet, puis avec les syllabes, puis avec les mots et les phrases. Cette démarche s’effectue sans nécessairement comprendre les textes. Les pédagogues préconisent pourtant de donner sens à la lecture. Dans ce but, les abécédaires et les syllabaires sont illustrés d’animaux, d’objets, d’activités qui concrétisent les sons. Modestes, ces efforts sont néanmoins payants. Peu à peu, la lecture dépasse le simple déchiffrement.


La maîtrise de l’écriture est longtemps réservée à ceux qui se destinent au métier d’« écrivain ». Les autres ne reçoivent que des rudiments de l’art d’écrire. Au XIXe siècle, la situation change. L’économie nouvelle, née de l’industria­lisation, exige une meilleure initiation, ce qui implique également l’étude de l’orthographe et de la grammaire, jusque-là négligée. La façon d’écrire s’inspire d’abord de celle des professionnels puis, à la fin du XIXe siècle, elle se simplifie. L’économie nouvelle demande d’écrire vite. La calligraphie se perd.


Jusqu’au XVIIIe siècle, le calcul est un peu le parent pauvre de l’école primaire. Les élèves s’initient à l’addition et à la soustraction en s’aidant de leurs doigts ou de bâtonnets. Ils ne vont guère au-delà. Seuls les plus doués apprennent l’arithmétique, la géométrie, le dessin scientifique, la « tenue des livres », nom que l’on donne alors à la comptabilité. Les exercices sont théoriques. Ils manient les chiffres dans l’abstrait. Les leçons ne deviennent pratiques qu’au fil du XIXe siècle. Les maîtres s’efforcent de leur donner un contenu en rapport avec les besoins de la vie familiale et professionnelle. C’est dans ce contexte que l’appropriation du système métrique prend toute son importance. Il faut batailler presque un siècle pour en imposer l’usage.


Dès le milieu du XIXe siècle, la formation de base des élèves d’école primaire – lire, écrire et compter – se complète de leçons d’histoire, de géographie, de sciences naturelles, d’hygiène, de travaux manuels pour les garçons et de travaux à l’aiguille pour les filles. Certaines leçons ont une visée explicitement morale. Celles d’histoire, par exemple, apprennent aux enfants à aimer leur patrie en admirant des héros dont les exploits relèvent souvent du mythe.