etudedumilieu.be

Archives didactiques d’étude du milieu

Conservatoire de l’outil d’enseignement

MOBILIER SCOLAIRE ET PARASCOLAIRE

Pupitre d’adultes

Vers 1880

Pupitre d’enfants

Vers 1900

« Table de dessin Musette »

Vers 1925

Table inclinée

Vers 1930

Table à tablettes pliables

Vers 1930

« Table d’écolier Ladrière »

1947

Table

de projection

Vers 1935

Meuble vitrine

Vers 1920

Chaises prie-Dieu

Vers 1930

Mobilier d’infirmerie

Vers 1920

Tableau noir

sur pied

Vers 1900

Confessionnal

mobile

Vers 1930

Étagères de

bibliothèque

1980

Coffre à munitions

de la Wehrmacht

1937

Bureau professoral

Vers 1950

Chevalet

d’exposition

Vers 1920

Mobilier_scolaire_et_parascolaire_01.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_02.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_03.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_04.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_05.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_06.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_07.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_08.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_09.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_11.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_13.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_14.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_15.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_16.pdf

En savoir (un peu) plus…



Longtemps, les locaux de cours sont peu et mal équipés. Les élèves sont assis sur des tabourets ou sur des bancs dépourvus de tablettes. Seul, le maître dispose d’un bureau et d’une chaise. Les longs pupitres d’une seule pièce avec casiers ouverts où s’installent des enfilades d’élèves apparaissent vers 1820. À partir de 1850, ils sont peu à peu remplacés par des pupitres à casiers fermés sous tablettes mobiles. La longueur se réduit. La préférence va aux meubles à deux ou trois places dont l’accès est plus aisé. Les élèves s’y installent et les quittent sans trop déranger leurs camarades. À partir de 1870, la taille du mobilier s’adapte à l’âge des élèves. Des normes sont établies pour déterminer la hauteur, la longueur et la profondeur de chaque pupitre. Une attention particulière est portée au dossier, qui ne doit pas dépasser les reins afin de lutter contre les déformations anatomiques. Les pupitres se prêtent à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Les tablettes sont légèrement penchées, à la manière des lutrins. Les tablettes droites, mieux adaptées aux méthodes actives d’enseignement, ne s’imposent qu’à partir du milieu du XXe siècle. Les salles des cours spéciaux sont équipées d’un mobilier approprié. Les salles de dessin, par exemple, reçoivent des tables-chevalets individuelles avec tabouret réglable en hauteur. Les salles de travaux féminins sont dotées de grandes tables adaptées à la découpe et à la couture. D’abord façonné à la pièce et de manière artisanale par des ébénistes locaux, le mobilier scolaire est ensuite fabriqué en série par des entreprises industrielles, ce qui réduit les coûts et les délais de livraison. Les modèles se normalisent et les matériaux s’uniformisent, associant de plus en plus souvent des structures en métal à des plateaux en bois.


La disposition du mobilier ne se fait pas au gré des envies. Les pupitres sont alignés sur plusieurs rangées face au bureau professoral. Entre eux, des allées de circulation sont réservées au déplacement des élèves et à la circulation du maître. Symbole d’autorité, le bureau est installé sur une estrade et domine la classe. Il conserve des traits hérités de la chaire magistrale d’autrefois. Son ébénisterie est massive. Sous le plan de travail, des tiroirs ou des armoires latérales renferment les affaires du professeur. Le meuble est fermé vers l’avant, de sorte que les élèves n’aperçoivent que la tête et le buste du maître, pas ses jambes ni ses pieds, dont la posture éventuellement relâchée ferait mauvaise impression. Sur la tablette s’étalent les instruments du savoir : livres, cahiers de préparations de leçons, dictionnaires, etc., et la sonnette qui rythme l’activité des élèves et, si nécessaire, les rappelle à l’ordre. Après 1900, le bureau professoral évolue vers plus de simplicité. Les pédagogues recommandent en effet aux maîtres une attitude moins retranchée.


Autre élément essentiel du mobilier de la classe : le tableau noir mural, en ardoise naturelle ou en bois peint, équipé d’une rainure dans laquelle sont déposées les craies et l’éponge. Longtemps, ce tableau est fixe et d’un seul tenant, sans volets mobiles. Pour écrire tout en haut, le maître et les élèves utilisent un marchepied. Il existe aussi des tableaux d’appoint montés sur un pied métallique et qu’on peut déplacer en fonction des besoins. Ils ont l’avantage de pivoter sur leur axe et donc d’offrir deux faces utilisables.


Le mobilier scolaire, ce sont aussi les armoires dans lesquelles le maître range le matériel didactique. Certaines sont vitrées. Elles offrent leur contenu à la vue des élèves, devenant ainsi des « vitrines du savoir ».

Mobilier_scolaire_et_parascolaire_12.pdf Mobilier_scolaire_et_parascolaire_10.pdf